ACTUALITÉS

E  N  F  A  N  C E S

ATELIER  DIRE - LÍRE - ÉCRIRE

IRTS

Institut Régional du Travail Social Paca  Corse

Autrefois la terre était ronde et on pouvait tourner autour et autour. Partout il y avait quelque part et partout là il y avait hommes femmes enfants chiens vaches sangliers petits lapins chats lézards et animaux. C'est comme ça que c'était. Et tout le monde chiens chats moutons lapins lézards et enfants tous voulaient tout dire à tout le monde et ils voulaient tout dire d'eux-mêmes. 

Gertrude Stein - La terre est rende -  

LE PHOTOLANGAGE

 Le photolangage est un ensemble de photos ou dessins très variés organisés par dossiers thématiques et  mis à la disposition  d'un individu  ou d'un groupe  pour faciliter la parole sur un sujet donné. L' auteur de cette méthode est Monsieur Alain Baptiste.

La photo est un objet de projection. C'est-à-dire que celui qui la choisit va, en privilégiant certains détails, lui attribuer des significations personnelles  . 

C'est ce processus qui va lui permettre le "mi-dire", c'est-à-dire de parler à la fois de lui en même temps qu'il parle de la photo, Ce processus va faciliter l'échange dans la mesure où chacun peut à la fois parler de soi et se cacher derrière la photo

LIRE-DIRE-ÉCRIRE

Objectif de l'atelier d'écriture

" Personne n'éduque autrui . Personne ne s'éduque seul ; Les hommes s'éduquent ensemble au contact du monde " dit Paolo Freire. Et si la langue et l'imaginaire étaient le matériau et si l'écriture était une des expériences majeures grâce à quoi cet "apprendre ensemble au contact du monde" nous rend humain et ouvre l'avenir ?

Le but de ces ateliers est de partager  le plaisir de lire, d'écrire, et de créer en jouant avec les mots . C'est seulement en étant créatif que l'individu découvre " le soi... dans l'entre-deux du dehors et du dedans, du moi et du non-moi, du corps et du langage." (Winnicott). 

Les futurs éducateurs vont devoir produire de nombreux écrits professionnels et ces ateliers vont les aider à penser leur pratique autour de l'enfance et de la parentalité.

Je suis née à ... le ... 

FAHARIA : Je suis née sur l'île de la Lune à la saison où les mangues tombent  de l'arbre, pendant que mes aînés se jettent à l'eau.

TIFFANY : Je suis une petite fille née le 20 août 2000 à Lyon. Mes cheveux sont de couleur blonde comme la crinière d'un lion qui est mon signe astrologique. Je suis prête à tout pour gagner cette partie de jeux.

EMMA : Je suis née le 22 avril 1935, un jour de pâque, dans un petit village, le jour de la résurrection de Jésus. J'étais arrivée à lui voler la vedette au moins un jour.

Je me souviens de ...

jJe me souviens des cagoules qui tenaient chaud mais qui finissaient toujours par gratter.

Je me souviens de la première fois où j'ai sauté d'un plongeoir.

Je me souviens de la liberté que je ressentais sur une balançoire.

Je me souviens des colos auxquelles j'ai participé,  jamais envie de partir, jamais envie de rentrer!

Je me souviens des après-midis où je regardai la poussière à travers les rayons de soleil

Peur de ... 

 Peur d'étouffer  - Peur de ne pas respecter mes valeurs - Peur d'être seule - Peur d'être abandonné - Peur d'abandonner - Peur d'être aimé - Peur d'aimer - Peur de me retrouver seul - peur des accidents de la route - Peur de la moto - Peur du regard des autres - Peur du bruit - Peur  de décevoir mes amis - Peur de la mer - Peur des films d'horreur - Peur  des rats des fourmis des serpents des cafards des requins des araignées des chiens que je ne connais pas des loups des fous des poux - Peur de l'inconnu - Peur des grandes étendues - Peur du paranormal -  Peur des zombies - Peur du vide - Peur du noir - Peur de toi - Peur de moi - Peur de rater mes examens - Peur de rater ma vie - Peur de devenir aveugle - Peur d'être vieux .- Peur quand les enfants marchent trop près de l'eau - Peur des hommes que je croise la nuit - Peur de vriller un jour - Peur des gens quand ils conduisent bourrés - Peur de l'avenir parce que c'est de pire en pire 




Ìl était une fois ...

PP (Petit Poucet). Hé papa, du coup j't'ai pas raconté quand on était chez l'ogre après que tu nous as abandonné .

DAD (Le papa). On vous a pas abandonnés, on vous a perdus.
PP. Du coup j'avais trop peur qu'il vienne nous boulotter dans la nuit alors j'ai échangé nos bonnets avec les couronnes de ses filles .
DAD. QUOI ?!!  Vous avez plus vos bonnets ?
PP. Tu m'écoutes ou quoi ?! L'ogre a boulotté ses filles à notre place.
DAD. Mais quelles filles ? 

PP. PAPAAAAAA !!!! Il a bouffé ses filles ! y'avait du  rouge  partout et des os et nos bonnets tout sanguinolents !

DAD. QUOI !!!! T'as pas récupéré les bonnets. Au prix où on les a payés !!!!!!!!!

PP. Mais Pa on a les couronnes des p'tites ogresses  à la place et on s'est pas fait bouffer !

DAD. Mouais ... Mais t'aurais tout d'même pu...


Le conte portait conseil là où rien ne fut plus difficile qu'en trouver. Là où se ressentait la plus poignante détresse, l'aide du conte ne se fit pas attendre. Cette détresse était la détresse du mythe. Le conte nous renseigne sur les premières tentatives de l'humanité pour se délivrer du cauchemar dont le mythe avait opprimé sa poitrine {...} le charme libérateur dont dispose le conte ne fait pas entrer la nature en action de façon mythique, mais la désigne comme complice de l'homme libéré. 

(Walter Benjamin)


Le conte et sa structure organisatrice permettent ainsi d'encadrer les angoisses « destructrices », les pulsions archaïques des enfants. À l'écoute d'un conte, l'enfant réalise qu'il n'est pas seul pour affronter ces situations terribles : il est avec d'autres et il s'aperçoit qu'ils ont aussi peur que lui. Il sent donc que ses angoisses sont  classiques  et qu'elles peuvent être apprivoisées. 

CV de mon corps 

Je crie en silence. Je suis visible et invisible à la fois.

Je suis un sentiment intérieur puissant mais extérieur impuissant. Ma réalité veut s'exprimer, mon corps le fait bien, trop bien... si bien qu'il étouffe une partie de mon être au. Je suis au point d'amnésie, une partie de ma mémoire éteinte. Cette amnésie me rend incomplète, je me vois sans totalement me voir. Je veux dire, mais je ne peux dire.


Cyrielle - CV de mon corps -

Corps âgé de 34 ans
Domicile de l'esprit : ici et ailleurs
Domicile de l'enveloppe corporelle : ici
Expérience
Végétarienne pendant l'enfance
Appendicite et septicémie à l'âge de 12 ans
Une grossesse : 26h de travail et la mise au monde de ma fille
Particularités
Corps patient, endurant et parlant par somatisation
Loisirs
Repos, apéros et abdominaux par le rire
Projet
Il me reste encore beaucoup d'énigmes à résoudre, pour pouvoir dire, crier et me libérer, dans cette quête de me retrouver entièrement !
.

Je me réveille sur un canap ! Ho ! mon dieu je suis pas 
chez moi .  Ha si ... mais qu'est-ce que je fous à poils ?
 Y a quelqu'un ?  Hé ho, y a quelqu'un ?  
J'arrive même pas à me relever,  j'aurais pas du racheter cette 2ème bouteille de rhum, on était quand même déjà bien raide...
 Y'a quelqu'un ?   Y a personne faut croire ! 
Je me souviens  plus de rien .  Faut que je me calme...
Ma tête va exploser, quelle heure il est ? Ils sont où mes fringues putain ! mon portable ? Y' avait du monde avec moi quand on est rentré ! Douche ou café?
" Les amis, vous êtes là ? " Depuis qu'elle est partie je fais carnage, Ça va s'arrêter quand ?


Énora - CV de mon corps -

Depuis avant ma naissance (juillet 87) je maîtrise particulièrement la succion de mes deux pouces;

De ma naissance à mes 6 ans : expérience de vie de chat à mi-temps (nourriture, ronronage, déplacement)

2ème année de maternelle : 1ère expérience de bagarre (sensation des coups mis et des coups reçus)
5 ans : noyade (lutte, laisser aller, vomissement)

7 ans : longue période d'otites avec douleur +++
8 ans : 1ère fracture du pouce gauche avec port d'attelle sur une TRÈS longue période (1 mois environ)
9 ans : mon frère se blesse suite à un bravage d'interdit, je le soigne, pour éviter toute découverte de notre bêtise.  Nous devenons pudiques , mon père ne peut plus nous voir nus. 
11 ans : 1ère fois que je comprend la notion de se dépasser physiquement et sportivement
11 ans : 1ère fois que j'embrasse un garçon et qu'on fait des câlins.
12 ans : 1ère douleur de règles
12 ans : début de ma lunétisation acquisition d'une nouvelle perception du monde extérieur.
18 ans : 1ère douleur due à la répétition du travail.
18 ans : 1ère migraine, début d'une expérience non terminée.
19 ans : 1ère poussée de dents de sagesse qui ne sont toujours pas sorties.
27 ans : je crâme mes cheveux après une décoloration et une pratique de la plage régulière. Coupe courte, je ne me reconnais pas. 

31 ans : entorse du genoux, impossibilité de reprise du sport